En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies pour vous proposer des contenus et services adaptés. Mentions légales.
 
 
 
 

Black out poetry

 « Black Out Poetry »  au Temps d'Agir

C’est sur internet qu’est née cette pratique artistique, popularisée essentiellement par un écrivain, Austin Kleon, en 2014. Avant cela, elle trouve ses sources au fil de l’histoire de l’art moderne, quand des artistes se sont intéressés au graphisme et à la typographie ainsi qu’aux rapports entre écriture et arts plastiques. Les Calligrammes d’Apollinaire en sont un exemple célèbre.

On peut aussi faire un lien avec la technique d’ « Erasure poetry » (Poésie de l’effacement), qui consiste à effacer ou gommer certains mots d’un texte pour n’en laisser visible qu’une sélection, et en cela, on peut même aller jusqu’à évoquer les techniques de cryptage de textes déclassifiés, utilisées par les services secrets américains.

Black Out Poetry peut être traduit littéralement par « Poésie de l’obscurité totale » ou « Poésie du silence gardé ». Elle permet de s’approprier un texte (page de livre, de journal, de magazine … ) en y choisissant des mots et en les mettant en valeur. Les moyens sont vastes et variés, du simple feutre noir qui vient masquer le texte non désiré à la peinture qui permet de jouer sur les couleurs, à la transparence et l’opacité, aux tracés qui dessinent des formes entre les mots et font surgir un univers visuel inédit.

Jouant avec le sens, l’intime, le mystère, le révélé et le caché (le dit et le non-dit), c’est une technique simple et ludique dont les résultats surprennent et amusent.

La consigne donnée est : « Trouve ton poème à l’intérieur du texte »…

Aucune importance n’est donnée à la syntaxe ou à la grammaire et à peine à la signification, car c’est parfois d’une simple juxtaposition de mots que surgissent l’imaginaire et le poétique.

Eva PEÑA

BOOP64c_1_9.gif BOP64c_10_18.gif

Des ateliers de « black-out poetry » au Temps d’Agir

Quand nous avons proposé de faire du black-out poetry au Temps d'Agir, notre objectif était de permettre à ceux qui fréquentent le service de profiter de cet exercice pour passer du bon temps les uns avec les autres.

Nous avons profité d’un "temps vacances" (*)  pour initier le projet. Notre objectif était que chacun puisse prendre part au projet, les personnes accueillies tout autant que les professionnels les accompagnant, mais aussi le personnel du service administratif. C’était l’occasion de cacher, modifier, trouver des mots, des phrases que l’on lit aux uns, que l’on montre aux autres. Nous nous sommes appuyées sur les nombreux exemples trouvés sur le net.  

BOP64c_19_27.gif

Bop_36_45.gif

Chacun s’est essayé avec ses capacités (lire, écrire, dessiner, choisir...), ses défis, ses désirs et ses envies (raconter, dessiner, mettre ou pas du sens et/ou de la syntaxe, délirer, faire rêver, questionner…) 

Cet exercice nous a plu parce qu’il nous a permis d’assembler des idées, des phrases, des mots de toutes les personnes qui traversent le service (et qui ont accepté de participer).

Toutes les propositions ont été affichées sur les murs du Temps d'Agir. Elles sont juxtaposées sans hiérarchie entre les personnes qui accompagnent et celles qui sont accompagnées. Ce projet s’est joué dans la rencontre entre les gens, sans stigmatisation sur la place de chacun. L’intérêt se trouve dans ce qu’il multiplie les propositions : choisir sans pouvoir lire, illustrer sa propre phrase, poser des mots parce qu’ils se trouvent à telle ou telle place, noircir, hachurer, recouvrir, illustrer…, mais aussi regarder, lire ou écouter, commenter cette page-ci ou celle-là.

Certaines personnes (dont les professionnelles initiatrices du projet) ont participé à chaque atelier avec plusieurs propositions. Quelques personnes ne sont venues qu’une fois, d’autres sont venues, ont essayé, ont arrêté et puis sont revenues à la charge. Chacune y a pris et donné quelque chose. Ce furent des moments de rire, de concentration, d’entraide et de partage de techniques, d’idées, d’anecdotes, d’opinions, en fait de bons moments de vie.

(*) Nous appelons  "temps vacances" les périodes de vacances scolaires pendant lesquelles notre service d’accueil de jour reste ouvert. C’est l’occasion d’expérimenter de nouvelles propositions d’atelier, parfois de faire un essai dans un atelier déjà existant, de faire des sorties, des visites différentes, et souvent de modifier l’organisation des groupes.

Cela permet  à des personnes de rencontrer, sur des temps ponctuels, des personnes qu’elles croisent sans jamais les découvrir, que ce soit d’autres personnes accueillies ou d’autres professionnel(le)s.

Nathalie Lesept

Ce que voit le visiteur


Date de création : 04/02/2020 - 23:25
Catégorie : -
Page lue 1016 fois

Vous êtes ici :   ACCUEIL » Black out poetry
 
 

Visites

 264370 visiteurs

 9 visiteurs en ligne